Costa Rica – Paradis fiscal, Pays écolo, république de bananes?

  • Posted on: 13 December 2015
  • By: Miguel

Est-ce que le Costa Rica est un paradis fiscal, un pays écolo ou qu’une république de bananes ? Ou tout ensemble ? Probablement un peu de tout.

Combien faut-il payer ?

Seulement les revenus réalisés dans le pays sont imposables.

Les revenus des affaires étrangères ne seront pas imposables. Les contrôles ne sont pas trop stricts. 

Si l’on regarde le service des impôts ici en province et le compare avec celui d’une ville Européenne, on remarque des différences. Bien sûr l’homme d’affaires a besoin d’un conseiller fiscal même au Costa Rica. 

Si une propriété va être achetée, la valeur sera estimée ou déclarée par un notaire. L’impôt est en ce moment à 3-4 % de la valeur estimée. Comme les prix sont bas actuellement, une opportunité pour acheter se présente.

La Suisse est chère, la Suisse de l’Amérique centrale aussi 

Aujourd’hui il est connu que le Costa Rica est un des pays les plus chers en Amérique Latine. Mais cela aussi dépend des exigences de chaque un. Si on passe par les villages, rien ne fait penser aux gens riche, qui soi-disant vivent ici.

En outre, si on achète des produits locaux sur les marchés, comme par exemple des papaye, melons, fromage artisanal ou des mangues, on paye des prix qui ne sont pas comparables avec les nôtres. Aussi le poisson du pêcheur locale est moins cher et de qualité supérieur.

De même, le traitement médicale est moins cher qu’en Europe et aux Etats Unis.

Des émigrants exigeants doivent quand même calculer avec 1000 – 1200 Euro par mois.

Volcans, forêts tropicales, palmiers et plages de rêve 

Le Costa Rica est un des pays avec la plus grande richesse naturelle au monde, avec une partie des espèces encore inconnu. On estime que ne que 15 pour cent des espèces ont été découvert à ce jour. Le Costa Rica est sûrement le pays le plus varié et probablement le plus propre de l’Amérique Latine.

Presque 30 pour cent de la surface du Costa Rica sont protégé. Les lois par rapport à la protection de l’environnement sont devenues plus strictes, mais les contrôles par le Ministère de l’Environnement et l’Energie (MINAE) sont souvent compliqués. 

Stabilité politique est paix social

Le Costa Rica s’est transformé d’une république de bananes et de café vers une société industrielle, avec tous ses avantages et désavantages. Tout de même, le pays reste deuxième exporter des bananes au monde. Café est ananas sont des produits beaucoup exportés aussi.

Mais entretemps le Costa Rica fabrique aussi des puces d’ordinateur et des appareils électroniques à grande escale. Un grand facteur économique est devenu aussi le tourisme éco-responsable. 

La démocratie est une valeur très importante au Costa Rica. En 2011, l’ancien chef de l’état, le conservatif Miguel Angel Rodriguez (1998 à 2002), a été condamné cinq ans de prison à cause de la corruption. Depuis, la situation s’est fortement amélioré et le Costa Rica est connu comme le pays de l’Amérique latine avec le taux de corruption le moins élevé. Le président actuel Luis Guillermo Solís promet à la population une « révolution de morale » et veux se battre contre la corruption et l’inégalité. Pourtant, dans les provinces il y a toujours des fonctionnaires ou des maires qui font leurs incartades ce qui n’est pas forcement pour le bien de tous. 

Des autres pays ne peuvent que rêver d’une situation pareille. En Allemagne par exemple le journal DIE WELT a relevé dans un article économique que les entreprises allemandes sont presque aussi corruptible que ceux en Nigéria.

Emigrer : Quand si ne pas maintenant ?

Mon bilan est que le Costa Rica est un pays intéressant pour les émigrants – avec beaucoup de nature, des gens sympathiques et un système d’impôts intéressant.

                                                  

Gastautorin Jana Hernandez